Les racines de la société sénégalaise

Je ne suis pas historienne mais blogueuse, je partage avec vous le fruit des mes  lectures sur les racines de la société sénégalaise. – j’aime bien ce titre même si il est un peu pompeux

Rentrons dans le vif du sujet, deux grandes entités politique se développent à partir du 13ème siècle. L’Empire du Mali et l’empire du Djolof qui deviendra le vassal du premier au moment de son apogée. Fondé par le chef wolof Ndiadiane Ndiaye, le Djolof élargit sa domination aux petites chefferies au sud du fleuve Sénégal, réunissant tout l’espace Sénégambien auquel il donne une unité sociale et religieuse : c’est le « Grand Djolof » qui s’effondrera vers 1550.

SenegambiaSepia

Le Sud du pays appelé Royaume Gabou est occupée par les Mandingues. Il s’étend des régions du sud du fleuve Gambie, la Casamance , le nord de la Guinée-Bissau, et empiétait sur l’ouest de la Guinée-Conakry. D’après la tradition orale, il a été fondé par l’un des généraux de l’armée de Soundiata Keita, le fondateur de l’Empire du Mali. Après la chute de cet empire, trois dynasties, règnèrent sur le Gabou: les Nancoo, les Sané et les Mané. Avant l’arrivée des conquérants malinkés, la région était déjà habitée par les Diolas, les Peuls, les Baïnouks, les Manjaks, les Balantes, et par d’autres groupes mandingues : Sossés, Soninkés. Les Baïnouks étaient les rois de ce territoire avant l’instauration du Gabou, ils avaient constitué de puissantes chefferies, qui formaient un vaste royaume, dirigé par un roi.

Ces royaumes amorce leur déclin à l’arrivée des Européens qui organisèrent les départs massifs de jeunes vers le Nouveau Monde. Razzias, guerres, épidémies et famines accablent les populations, tandis que les puissants pratiquent le commerce des esclaves, en échange d’armes et de produits manufacturés. Ce sont les décennies sombres de la traite atlantique et des comptoirs.

Le 19ème siècle consacrera l’abolition de l’esclavage et enfantera dans le même temps la colonisation moderne. Les travaux du port de Dakar qui n’était à l’origine qu’un village de pêcheurs, commencent en 1862. La France obtient le contrôle de la plus grande partie de l’Afrique occidentale à la Conférence de Berlin en 1885, mais la Gambie est attribuée à la Grande-Bretagne.

À la fin du 19ème siècle tout le territoire de l’actuel Sénégal est tombé sous la domination française. En 1902, Dakar remplace Saint-Louis, et devient la capitale de l’Afrique-Occidentale française, l’une des colonies françaises.

Thiaroye_Mural_DSCN1029

 

La colonisation moderne, attendra son apogée meurtrière dans la 1ère partie du 20ème siècle avec l’enroulement des tirailleurs. En 1940, c’est plus de 60 000 hommes qui sont recensés dans les rangs de l’armée. Le 30 novembre 1944, des tirailleurs se mutinent à Thiaroye. Ils réclamant l’égalité de solde et de prime de démobilisation avec les soldats français. La répression fait 35 morts et de nombreux blessés.

En Casamance, la prêtresse charismatique Aline Sitoé Diatta incarne la résistance contre la domination coloniale et milite pour le refus de contribuer à l’effort de guerre exigé afin de préserver les cultures vivrières. Elle est arrêtée et déportée à Tombouctou en 1943. AlioneSitoeDiatta

La Seconde Guerre mondiale contribue à une prise de conscience ouvrant la perspective de l’autonomie progressive des colonies, puis aux indépendances. Le Sénégal proclame son indépendance en août 1960 et Léopold Sédar Senghor est élu président de la république. En 1981, Abdou Diouf, son Premier ministre prend sa succession.

Le président actuel du Sénégal est Macky Sall depuis le 25 avril 2012 ; il a succédé à Abdoulaye Wade qui avait été élu le 19 Mars 2000.

2 comments on “Les racines de la société sénégalaise”

  1. Dieynaba MANE dit :

    Merci pour ces notes très instructives.
    Il est en effet toujours important de s’imprégner de ses valeurs, ça nous rappelle qui nous sommes, ça nous rappelle en outre que nous ne sommes pas un peuple de “bas étage” comme les blancs ont tendance à nous dire.

    1. ilovecasamance dit :

      Avec plaisir Dieynaba, la richesse des cultures doivent être valorisées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *